Voldemort.

T’étais beau.
T’étais fin.
J’te l’ai déjà écris.
Tu m’as rempli la tête et fucké le cœur.
Mais merci.
Merci de m’avoir fait ressentir.
Merci de m’avoir dégourdi le cœur,
Je commençais à avoir des fourmis dans l’aorte.
Nos sentiments étaient clairement pas réciproques,
Mais criss que ça fait du bien d’avoir quelqu’un à qui penser.
T’as réveillé mes fantasmes.
Tu m’as rallumé pour mieux m’éteindre.
Ça fait du bien pareil de savoir que le cœur est pas complètement indifférent.
Y’a eu toi.
Tu m’fais sentir comme une toune d’Éric Lapointe.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s